Séduction

Femmes, pilosité et regards masculins

 

Quelle est l’incidence de la pilosité des femmes sur les hommes ? Sont-ils vraiment sensibles ? Aiment-ils ou non ? Quelles sont les conséquences ?

"Femmes et Poils - Perceptions et attitudes sociales"

De Susan A. Basow et Amie C. Braman

Dans la première étude expérimentale, Basow et Braman (1998), aux Etats-Unis, ont réalisé une enquête sur les perceptions qu'ont des hommes d'une femme avec et sans poils visibles dans deux courtes vidéos.

Elles ont demandé à des hommes ce qu'ils pensaient d'une même jeune femme dans sa salle de bain et alors que les mouvements permettent de voir les bras, les aisselles et les jambes épilés ou non selon la vidéo.

Les hommes trouvent la femme non épilée plus agressive et plus forte.

La femme épilée, célibataire ou non, est perçue plus sociable, plus intelligente, plus gaie, plus active et plus positive.


Bien sûr, cela démontre avant tout que les hommes sont victimes d’à priori ridicules puisqu'il s'agit de la même femme.


Mais "dans l'ère moderne, cependant, la non épilation du corps a généralement été sanctionné culturellement seulement pour les femmes.
(Basow & Braman, 1998; Hope, 1982; Tiggemann & Kenyon, 1998) et est fortement normatif dans la culture occidentale contemporaine (Toerien & Wilkinson, 2003, 2004)

À quelques exceptions près, les hommes ne sont pas engagés dans l'épilation du corps parce que la présence de poils du corps a toujours été le symbole de la masculinité et donc associée à l'attractivité et à la virilité (Basow des hommes, 1991; Basow & Braman, 1998; Lewis, 1987; Tiggemann & Kenyon, 1998) ..."

Il y a une importance historique de la relation entre la masculinité et la présence de poils du corps.

"... En outre, il existe des preuves solides d'une association symbolique généralisée entre les cheveux et la présence ou non de poils sur le corps, son genre et l'idéal.
Avoir un corps velu est un signe de masculinité; avoir un corps imberbe, un signe de la féminité."
(Basow, 1991; Basow & Braman, 1998; Cooper, 1971; Ferrante, 1988; Firth, 1973; Greer, 1970; Hope, 1982; Simpson, 1986; Synnott, 1993; Tiggemann & Kenyon, 1998; Toerien & Wilkinson, 2003, 2004) ...

Cette étude de Susan A. Basow et Amie C. Braman a été réalisée dans le cadre d'un projet d'honneurs par le second auteur, sous la direction de la première. Amie Braman est maintenant à Washington State University, St. Louis.

researchgate.net



A lire également...

15 recettes pour célibataires
Alibaba rafle 16 mds d'euros pendant sa
Célibat des prêtres, adieu ?
La vie solo est-elle plus épanouissante que la vie à deux ?
Amoureuses, deux nonnes se marient en Italie
10 Lieux INCONTOURNABLES à voir dans sa vie